Via le berceau

L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) a annoncé jeudi la fermeture de son siège à Jérusalem-Est après que des colons israéliens aient incendiés son bâtiment .

Il s’agit de la deuxième attaque de colons contre le bâtiment de l’UNRWA en moins d’une semaine, selon le commissaire général de l’agence, Phillipe Lazzarini.

« Notre directeur, avec l’aide d’autres membres du personnel, a dû éteindre l’incendie lui-même car il a fallu un certain temps aux extincteurs et à la police israélienne avant d’arriver. C’est une évolution scandaleuse. Une fois de plus, la vie du personnel de l’ONU fut gravement menacée. »

“À la lumière de ce deuxième incident épouvantable en moins d’une semaine, j’ai pris la décision de fermer notre complexe jusqu’à ce que la sécurité soit rétablie”, a déclaré Lazzarini.

Des séquences vidéo diffusées sur les réseaux sociaux montraient le bâtiment de l’UNRWA en flammes tandis que les colons applaudissaient en arrière-plan. Il n’y a pas eu de blessés, mais les incendies ont causé d’importants dégâts matériels, selon l’agence de presse WAFA.

Deux jours plus tôt, des colons avaient attaqué le même quartier général, jetant des pierres sur des membres du personnel de l’ONU « sous la surveillance de la police israélienne », a ajouté Lazzarini.

Les auteurs de ces attaques doivent faire l’objet d’une enquête et les responsables doivent rendre des comptes. Rien de moins établirait une nouvelle norme dangereuse », a-t-il déclaré, ajoutant que les colons n’ont cessé d’attaquer et de harceler le personnel de l’UNRWA depuis des mois. « À plusieurs reprises,  des extrémistes israéliens ont menacé notre personnel avec des armes. »

Les colons organisent des manifestations violentes et provocatrices devant le siège de l’UNRWA depuis deux mois.

L’agence des Nations Unies opère en soutien aux réfugiés palestiniens et aux Palestiniens déplacés à l’intérieur du pays depuis 1950. L’organisation fournit des services d’éducation, de santé et d’autres services. Ces dernières années, elle a souffert d’un grave manque de financement pour ses opérations mondiales.

Après les attaques du 7 octobre, les dirigeants de l’État terroriste juif d’Israël ont accusés les membres du personnel de l’UNRWA d’avoir participé à l’attaque.

Tel Aviv n’a encore fourni aucune preuve de ses affirmations, qui auraient été obtenues sous la torture. Néanmoins, le gouvernement israélien a lancé une campagne de diffamation visant à démanteler l’organisation. 


Fin mars, Israël a proposé à l’ONU le démantèlement de l’UNRWA en échange d’une augmentation de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza. Les responsables de l’ONU ont déclaré que le plan n’était pas réalisable et qu’il entraverait les opérations d’aide à travers Gaza. 
Le chroniqueur de Cradle, William Van Wagenen, a noté en février que la campagne actuelle d’Israël contre l’UNRWA fait partie d’une campagne israélienne qui dure depuis des années pour saper l’organisation et étouffer son respect du droit au retour des Palestiniens. 
« Cet effort concerté visant à affaiblir l’UNRWA n’est rien de moins qu’une stratégie calculée visant à exercer un contrôle sur le discours entourant les réfugiés palestiniens et à remodeler une fois de plus la démographie palestinienne. »


Plus de 180 membres du personnel de l’UNRWA ont été tués par Israël dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre en octobre.

Voir également : L’État terroriste israélien a délibérément tué les employés de l’ONG World Central Kitchen à Gaza, déclare la Rapporteuse spéciale des Nations unies pour les territoires palestiniens Francesca Albanes

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *