À lire l’article paru dans le Courrier de Laval, paraîtrait que le ”scandale” serait le fait qu’Andréanne Fiola, la candidate péquiste, anciennement de la CAQ et militante dans une équipe libérale au municipal, aurait participé à un tournage XXX.

Ce que j’en retiens pour ma part :

”Andréanne Fiola n’en n’est pas à ses premiers pas en politique, elle en est à sa troisième campagne électorale. Elle s’était présentée aux élections municipales en 2017, puis 2021.

Dès l’âge de 16 ans, elle adhère au Parti québécois. Elle fera un léger détour vers la CAQ avant de revenir au bercail.

L’ancien chef de Parti Laval, Michel Trottier, aujourd’hui candidat libéral dans Sainte-Rose, est littéralement tombé des nues…

Jointe par téléphone, Mme Fiola, visiblement secouée, a d’abord nié les faits pour ensuite avancer ne pas avoir donné son aval pour ladite diffusion avant de se replier vers son avocat.”

Le constat de ce fait divers : en 2022 au Québec, un ou une candidate peut très bien s’assumer en tant que poufiasse de la politique passant d’un parti à l’autre sans que personne n’ait à redire mais demeure réservé à l’idée que l’on apprenne sa participation à des tournages xxx. Preuve de plus que la marge idéologique est quasi inexistante pour ne pas dire factice entre nos 5 partis kosher.

Source : https://courrierlaval.com/une-candidate-du-pq-de-laval-dans-leau-chaude/

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *