La bataille que nous menons contre le judéo-bolchevisme mondial est un conflit qui déterminera non seulement le sort de notre peuple, mais aussi celui de l’humanité tout entière dans un avenir prévisible.

Contexte : Cette brochure parut au printemps 1943. L’éditeur était une filiale des SS. Après Stalingrad, il devenait évident que l’Allemagne pourrait perdre la guerre. Ce pamphlet (abrégé) fait ressortir tous les arguments pour intensifier la conscience allemande déjà forte sur le bolchevisme juif et de la menace de vie ou de mort qu’il représentait.

La source : Bolschewisierung : was heißt das in Wirklichkeit ? (Berlin : Nibelungen Verlag, 1943).

Voir également : 1923 : Le poète russe Sergei Yesinen est emprisonné pour avoir remarqué «trop de Juifs» à des postes de pouvoir en Union soviétique

La bataille que nous menons contre le bolchevisme mondial est un conflit qui déterminera non seulement le sort de notre peuple, mais aussi celui de l’humanité tout entière dans un avenir prévisible. Le peuple allemand, qui utilise toutes ses forces et consent de lourds sacrifices dans cette bataille, veut avoir des éclaircissements sur le caractère et la nature de son ennemi mortel.

Le même intérêt brûlant est présent à l’étranger. D’autant plus que la propagande bolchevique tente de présenter l’Union soviétique comme un État de droit, inoffensif et de classe moyenne, dissimulant ainsi sa véritable nature.

Il est donc temps de présenter le bolchevisme tel qu’il est réellement, sur la base de faits concrets. Nous sommes en mesure de le faire non pas sur la base de témoignages datant des premières années de son existence, mais plutôt sur la base de sa dernière apparition dans les nations européennes civilisées. Chacun peut reconnaître que le bolchevisme en Espagne en 1937, en Lettonie, en Lituanie et en Estonie en 1940 n’était pas moins sanglant et criminel qu’il ne l’était en Russie en 1917. Le fait indéniable est que le bolchevisme est toujours resté le même, qu’il est un instrument inventé et dirigé par les Juifs comme un moyen d’asservir notre peuple et toute l’humanité. Dans sa lutte, notre peuple n’a qu’un choix : la victoire ou le chaos bolchevique !

Voir également : Rendez-vous avec l’histoire : le massacre rituel de la famille impériale de Russie

La vie sous l’étoile soviétique !

Imaginez que le pouvoir soviétique armé ait pris le contrôle d’une ville européenne. Le tonnerre des armes s’est calmé, les négociations de paix sont terminées. Ce qui se produit? Les agents bolcheviques qui veulent asseoir leur pouvoir ont besoin d’alliés. C’est pourquoi ils ouvrent les portes des prisons et des prisons. Les gardiens de prison et les policiers sont assassinés et des masses de criminels, dirigées par des agents bolcheviques, terrorisent la population pacifique. Quiconque se trouve dans la rue court le risque d’être kidnappé, assassiné ou, dans le meilleur des cas, simplement volé. Des hordes sauvages pénètrent dans les maisons, tuent les habitants, volent et pillent à leur guise. Personne n’ose marcher dans les rues. Les magasins sont fermés, l’électricité et le gaz ne fonctionnent plus normalement, les transports publics ont cessé de fonctionner, l’ancien ordre a été remplacé par un chaos total .

C’est ainsi que les choses se sont passées partout où le bolchevisme est arrivé au pouvoir : dans toute la Russie, en Espagne, dans les régions de Roumanie occupées par les bolchevistes, dans les États baltes et dans les régions de Finlande qui ont été victimes de l’invasion bolchevique.

Le chaos initial est suivi de l’étape suivante. Des Juifs portant des cartes d’identité des dirigeants bolcheviques et accompagnés d’agents du GPU lourdement armés apparaissent dans toutes les usines, usines, entreprises, même dans le plus petit atelier d’artisan. Ils prennent le contrôle de l’entreprise, terrorisent les ouvriers et les employés et les contraignent au travail forcé. Les anciens patrons, même les propriétaires des plus petits magasins, perdent leur entreprise, sont arrêtés. Ils ont de la chance s’ils sont finalement libérés pour mendier pour gagner leur vie. La plupart du temps, ils disparaissent à jamais dans les prisons et les camps de travaux forcés ou sont liquidés. Leurs proches ne savent jamais ce qui leur arrive. Le moindre artisan indépendant, le propriétaire de la moindre boutique, sont considérés comme des « exploiteurs » et des « capitalistes ». Ils sont dépouillés de leurs biens et détruits. Tous les postes économiques importants sont bientôt occupés par des Juifs.

En même temps, un nouveau coup est porté de manière dévastatrice à l’ensemble de la population, en particulier aux travailleurs. Les prix augmentent énormément jusqu’à atteindre les niveaux élevés de l’Union soviétique. L’augmentation des prix des biens et de la nourriture, cette dévaluation de la monnaie, entraîne une énorme réduction des salaires. Le travailleur européen, et surtout le travailleur allemand avec sa position sûre, perd tout ce pendant lequel il a travaillé dur pendant des années ou des décennies et devient d’un seul coup un mendiant. Il doit vendre ses biens ménagers pour empêcher sa famille de mourir de faim. Au même moment, nuit après nuit, des gens sont arrêtés . Que ce soit en ville ou à la campagne, qu’ils soient ouvriers ou agriculteurs, les hommes et les femmes sont conduits vers les gares ferroviaires, chargés dans des wagons à bestiaux et expédiés au plus profond de l’Union soviétique.

Ce n’est pas un fantasme. C’est exactement ainsi que le bolchevisme commence son règne. Il en a toujours été ainsi et il en sera toujours ainsi lorsque le bolchevisme arrivera au pouvoir.

Le bolchevisme tente toujours et a toujours tenté d’accéder au pouvoir, en Europe et surtout en Allemagne. Le meilleur rappel est de rappeler le sort qu’aurait subi le peuple allemand il y a dix ans si Adolf Hitler n’avait pas stoppé ce fléau.

En 1932, il était clair que, dans les conditions imposées par le traité de Versailles au peuple allemand, il n’y avait que le choix entre succomber au bolchevisme ou être secouru par le national-socialisme. Sans le Führer et le NSDAP, l’Allemagne serait devenue bolchevique. Le scrutin de 1932 montre de manière effrayante la fragmentation politique de l’époque. Que se serait-il passé si l’Allemagne avait été envahie par le bolchevisme à l’époque ?

Voir également : Comment la croyance de Franco en un complot “juif maçonnique bolchevique” visant à détruire l’Espagne chrétienne était justifiée

L’Espagne comme étude de cas

À quoi aurait ressemblé une Allemagne bolchevique en 1933 ? À quoi ressemblerait une Allemagne bolchevisée si les hordes de Staline parvenaient à briser la résistance allemande et européenne sur le front de l’Est ? Nous savons exactement à quoi cela ressemblerait ! Nous avons eu une étude de cas en Espagne pendant une décennie et avons pu voir quels sont les méthodes et les effets du bolchevisme.

Dix ans de troubles, de guerre civile et de dévastation. Les grèves générales ont ruiné la nation.

La guerre civile espagnole a fait un grand nombre de morts et de blessés. Des milliers d’églises furent détruites, des dizaines de milliers de prêtres assassinés. Au cours des 32 mois de guerre civile, 1,2 million de personnes ont connu une mort violente. Seulement 450 000 d’entre eux étaient membres d’unités militaires. Les autres étaient des hommes, des femmes et des enfants pacifiques qui ont été arrachés à leur emploi d’ouvriers et d’agriculteurs et poussés à la mort par la terreur rouge. Un douzième de la population totale fut victime du bolchevisme.

Si l’Allemagne devenait un jour « la prochaine étape de la révolution », si elle devenait une base de rassemblement pour l’armée soviétique, l’Europe toute entière deviendrait une proie facile pour le bolchevisme.

Voici à quoi ressemblait l’Espagne :

Des méthodes de torture inhumaines et terrifiantes

En haut à gauche : Chambre de torture à Barcelone (le « cercueil ») : Le prisonnier est obligé de s’accroupir sur la pointe des pieds dans la cellule. La porte lui comprime le ventre. Si sa tête touche le plafond, une alarme retentit. S’il s’assoit sur le petit banc au fond de la salle, il reçoit une décharge électrique. Un projecteur brille dans ses yeux, l’aveuglant presque.

En haut à droite : Une autre chambre de torture à Barcelone. Les pierres sont fixées au sol et le banc incliné empêche le prisonnier de s’allonger ou de s’asseoir. La peinture criarde des murs provoque des hallucinations au bout d’un moment.

Le bourreau du peuple letton

Tous ces crimes terribles du bolchevisme en Espagne, la destruction d’un douzième de ce peuple fier, doué et cultivé, n’ont pas conduit à l’objectif du Komintern, la conquête finale de l’Espagne, grâce à la défense héroïque de Franco et de ses forces, et la Légion Condor.

Le bolchevisme eut une nouvelle opportunité en 1939, au début de la Seconde Guerre mondiale. Lénine avait voulu cette guerre de toutes ses forces, et ses successeurs ont également fait tout ce qu’ils ont pu, car elle devait conduire à la bolchevisation du monde.

Alors que l’Allemagne utilisait toutes ses forces pour combattre à l’ouest du continent, les criminels du Kremlin en profitaient pour pêcher en eaux troubles.

Premièrement, ils ont tenté de maîtriser la Finlande, et seule la résistance courageuse de ce petit peuple héroïque les a empêchés d’atteindre leur objectif.

Puis ils attaquèrent les petites nations baltes. Ce qu’ils ont fait en seulement un an fait partie des chapitres les plus terribles de l’histoire de l’humanité. Alors que les troupes allemandes libéraient la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie au début de la campagne de l’Est, le monde apprit les crimes effroyables commis contre ces trois petits peuples sans défense.

Quelques statistiques officielles des pays baltes répondent à la question : que signifie la bolchevisation ?

Que signifie bolchevisation ?

Quelques statistiques officielles des pays baltes.

Les statistiques sont convaincantes. Entre l’automne 1940 et juillet 1941, 48 000 fermes furent confisquées en Lettonie. 4 151 familles d’agriculteurs ont été expédiées vers l’intérieur de l’Union soviétique. Le désastre a frappé ces gens travailleurs et pacifiques comme un éclair tombant d’un ciel clair. Un espion ou un autre a signalé un village. Au milieu de la nuit, les troupes du GPU sont arrivées. Les villageois, fatigués par la journée de labeur, profondément endormis, étaient réveillés par des coups de feu individuels, par le pas lourd des bourreaux. Des coups à la porte, des vitres brisées, des enfants qui pleurent. Il n’y a aucune explication, personne ne peut se défendre. Des mains brutales attrapent les femmes et les enfants, les hommes sont conduits dans des camions en attente. Des dizaines de milliers de personnes ont perdu leur maison, leur emploi, leur paix et leur bonheur, et ont entamé le chemin du chagrin vers les camps de travaux forcés le long du cercle polaire arctique ou dans les forêts de Sibérie.

Et pas seulement les agriculteurs. Les plus petites usines ont été confisquées, le commerce, les artisans, les commerçants aussi, et ils sont renvoyés au loin. En Lituanie, 18 160 personnes ont disparu à jamais sans laisser de trace en deux jours. Des dizaines de milliers d’autres attendent le même sort. Ils furent secourus à la dernière minute par l’avancée des troupes allemandes. Au dernier moment, les assassins de masse ont tenté de détruire tout ce qu’ils pouvaient. Dans un seul camp de travaux forcés près de Prawienischiai, 400 des 500 prisonniers ont été abattus, pour la plupart des ouvriers et des agriculteurs. Quelques heures avant leur fuite, les bolchevistes ont assassiné 703 civils identifiés et 350 prisonniers politiques.

Le nombre de victimes en Lettonie est estimé à 25 000. En une seule année, 21 000 ouvriers, agriculteurs et artisans furent liquidés.

En outre, 103 médecins, 95 ingénieurs, 490 professeurs et enseignants, 1 084 officiers, 170 artistes, écrivains et journalistes, 51 géomètres, 41 pasteurs, 66 avocats et 2 556 fonctionnaires, au total, un tiers de l’intelligentsia lettone. Les bolcheviks furent chassés pour la dernière fois d’Estonie, où le nombre de victimes fut le plus grand. Plus d’un dixième de la population, soit 150 000 personnes, ont été kidnappées, assassinées ou portées disparues. Derrière ces statistiques terrifiantes se cache une réalité encore plus terrible. Voici à quoi ça ressemble :

En haut à gauche : à Riga également, on a trouvé de nombreuses victimes du GPU les mains liées dans le dos. Ce sont des ouvriers de l’usine Neptune.

Au milieu à gauche : des Lettons recherchent leurs proches assassinés ou portés disparus dans la cour de la prison centrale de Riga.

Au milieu à droite : Victimes exhumées près de l’église de la Croix à Riga.

En bas à gauche : Identification des cadavres exhumés à Bikernieki.

En bas à droite : Cadavres dans la cour de la prison centrale de Riga.

Voir également : 3 avril 1940 : début des massacres de Katyn par les Soviétiques, alliés des Américains, de la Grande-Bretagne et du Canada. Épisode historique qui reste emblématique de l’inversion accusatoire des ”alliés”

Le GPA : Terreur – Terreur – Terreur

Comme ils l’ont fait en Espagne, comme ils le feraient en Allemagne si l’Armée rouge réussissait à briser la résistance des soldats allemands, c’est ce que les bolchevistes ont fait à Riga.

Le bâtiment du ministère de l’Intérieur, à l’angle des rues Pillar et Freedom, a été le premier bâtiment repris. La soi-disant Commission populaire pour la sécurité intérieure, l’un des nombreux noms de la Tchéka et du GPU, s’est installée. Le peuple letton a observé ces événements mystérieux avec horreur et peur. Des milices bolcheviques armées montaient la garde jour et nuit pendant que les rénovations se poursuivaient. Le sous-sol est devenu plus profond, les murs, les portes et les barreaux plus épais. Les systèmes de chauffage et de refroidissement ont été installés par des spécialistes de Moscou. La raison est devenue claire lorsque les premières nouvelles sinistres concernant de terribles tortures se sont répandues parmi la population. Le toit de cette forteresse de la terreur était protégé des bâtiments voisins par des barbelés. Les fenêtres opaques empêchaient toute vue extérieure sur l’intérieur. L’arrêt du tramway a été déplacé. Le sinistre bâtiment devint calme et solitaire. Les gardes regardaient les passants avec méfiance. Toute tentative de rassembler une foule nombreuse a été empêchée par la force.

Maintenant, le seigneur du bâtiment s’est installé. Le juif Beria, chef suprême du GPU, soi-disant commissaire du peuple à la sécurité de l’État de l’URSS. Il désigna comme son agent en Lettonie le juif Abraham Schustin :

« Le bourreau du peuple letton »

comme ce terrible criminel fut nommé plus tard par un peuple torturé.

A gauche : Le juif Schustin, chef du GPU en Lettonie.

Centre : Son successeur A. Novik, également juif.

À droite : Il a été soutenu de « manière appropriée » par le médecin juif de la prison Moses Zitron. Ils sont responsables des massacres en Lettonie.

Nous luttons pour que le peuple allemand ne soit pas livré à ces bourreaux.

Il n’a jamais été vu en public, même si son appareil terroriste n’a cessé de se renforcer. Le nombre d’employés et d’officiers du GPU était relativement faible. Les espions étaient beaucoup plus nombreux. Il y en avait dans chaque entreprise, dans chaque bureau, dans chaque bâtiment privé. Un filet serré a été jeté sur le peuple letton. Seules quelques âmes chanceuses ont échappé à son emprise toujours plus forte.

Il faudrait des volumes pour fournir un compte rendu complet des terribles crimes commis par la terreur judéo-bolchevique en Lettonie. Quelques exemples suffisent pour donner une idée de ce que signifie vivre sous le pouvoir bolchevique.

Un parmi des centaines de milliers. Un jeune ouvrier plein d’entrain de la United Textile Factory de Riga. Il n’a jamais commis de crime. Il a été arrêté parce qu’il ne voulait pas rejoindre les bolchevistes. La photo du bas le montre après sa torture et son meurtre.

Transcription

Moi, I. Antschipanovs, né le 28 juin 1922 à Preilen, bâtiment Reminieki, témoigne :

Je suis étudiant au gymnase Algon. J’ai été arrêté par des agents de la Tchéka le 27 mai 1941. J’ai été accusé de choses totalement fausses. J’ai été emmené au siège de la Cheka de Dünaburg et torturé. On m’a tiré les cheveux, j’ai été forcé de regarder un projecteur brillant, assommé par des coups portés à la tête, et ils ont menacé de me tirer dessus. Finalement, ils m’ont déshabillé et ont arraché les ongles de deux orteils de mon pied droit. Alors qu’ils retiraient le deuxième clou, j’ai perdu connaissance.

Signé : I. Antschipanovs

Comment les femmes sont mortes

Le forestier Jerzöni K. Grencions raconte son expérience dans la nuit du 14 juin 1941, au cours de laquelle des arrestations et des enlèvements massifs eurent lieu :

Les bandits juifs ont assouvi leur soif de sang contre ma sœur, qui a été arrêtée et est décédée après des tortures inhumaines dans la prison de Walk. Il a été prouvé qu’ils lui ont versé de l’acide, lui ont brûlé les cheveux, lui ont arraché les yeux et lui ont cassé les membres.

Des destins humains misérables

En haut : Voici comment le serrurier Juris Krumins a été massacré par les bolchevistes

En bas à gauche : le commandant des gardes ferroviaires, Janes Ozolins

En bas au centre : le commandant Ozolins après son assassinat.

En bas à droite : Le serrurier Juris Krumins avant son assassinat par les bolchevistes

Le terrible travail d’identification des cadavres

Voir également : Soldats allemands en Union soviétique : lettres de l’Est

La Sainte Croisade contre le Communisme (vidéo)

À quoi ressemble le bolchevisme en réalité

Des milliers de témoins en Espagne, et maintenant en Estonie, en Lettonie et en Lituanie, ont vécu les horreurs du régime criminel des Juifs du Komintern. Personne au monde aujourd’hui ne peut nier que le bolchevisme juif est une société criminelle dont le pouvoir dépend d’une exploitation inimaginable, du meurtre et de la terreur.

Les chiffres de Churchill

Dans son livre de 1923 Après la guerre, Churchill a publié les statistiques suivantes sur le nombre de victimes assassinées au cours des premières années du régime bolchevique :

« 193 290 ouvriers, 815 000 agriculteurs, 260 000 soldats, 355 250 intellectuels et industriels, 6 000 professeurs et enseignants, 9 000 médecins, 70 000 policiers, 12 950 propriétaires, 54 000 officiers, 1 219 ecclésiastiques, 28 évêques. »

C’est ce qu’ont fait les bolchevistes dans leur propre pays. Nous avons vu ce qu’ils font aux pays qu’ils ont conquis dans les États baltes. Dans un pays civilisé comme l’Allemagne, ces méthodes de terreur et de meurtres de masse du GPU auraient des conséquences encore pires. L’économie compliquée de l’Allemagne, qui ne fonctionne que lorsque chacun, de l’industriel au travailleur, fait son travail avec inventivité et conscience du devoir, s’effondrerait en peu de temps, laissant le peuple dans une pauvreté inimaginable, dans une misère inéluctable.

Le journaliste soviétique Ilja Ehrenbourg annonça le programme de soviétisation de l’Allemagne dans le numéro du 9 mars 1943 du News Chronicle :

“Detruis-le.”

À quoi ressemblerait une Allemagne soviétique ?

Si l’on sait ce qui s’est passé en Espagne, où la tentative de bolchevisation du pays a coûté la vie à un douzième de la population, si l’on sait les horreurs qui se sont abattues sur les États baltes lorsque ces peuples ont été conquis par la puissance armée des Soviétiques, si l’on sait on écoute les rapports des soldats allemands et de leurs alliés de toutes les nations d’Europe sur les horreurs constantes qu’ils ont rencontrées, la misère sans fin qu’ils ont vue, la pauvreté constante, la terreur infernale exercée par le bolchevisme pendant plus de deux décennies et demie, un sait à quoi ressemblerait une Allemagne soviétique.

Voir également :

Preuve que le «Pogrom» de Lviv en 1941 était une mesure de représailles contre les Juifs qui avaient orchestré la «Terreur rouge» en Ukraine

7 août 1932 : «Holodomor», le meurtre de 6 millions d’Ukrainien par la famine ordonné par l’URSS de Staline

Tout ce que la haine juive est capable de concevoir serait fait à notre peuple.

Quelle catastrophe les soldats incités, affamés, exploités et appauvris de l’armée bolchevique apporteraient-ils à la culture, aux valeurs matérielles de l’Allemagne et des peuples européens qui se sont construites au fil des siècles ? Tout ce que le savoir-faire et l’industrie des générations avaient créé et rassemblé serait, en quelques jours ou quelques semaines, volé, pillé, dévoré. Le système de transport serait détruit, comme c’est le cas en Union soviétique. L’industrie s’effondrerait ; des millions de travailleurs seraient au chômage et d’autres millions travailleraient pour des salaires de misère, sans droits, vivant la vie d’esclaves. Des centaines de milliers des membres les plus industrieux de notre peuple seraient envoyés dans les déserts glacés du cercle polaire arctique et des forêts sibériennes, disparaissant dans les terribles camps de travaux forcés dans la glace et la neige ou périssant dans les mines.

Les agriculteurs perdraient leurs droits et ne seraient bons qu’au travail forcé dans ce qui était autrefois leurs propres fermes, mais désormais ils enverraient la récolte à la clique dirigeante judéo-bolchevique.

La classe moyenne, l’artisanat et l’industrie seraient des institutions « capitalistes », détruites à jamais. Les personnes impliquées, qui construisent leur vie dans ces zones, seraient persécutées et chassées. Ils seraient considérés comme des éléments politiques peu fiables qui périraient dans la misère et dans la peur constante des persécutions politiques.

Les intellectuels, les inventeurs, les ingénieurs, les techniciens, les médecins, les artistes et enfin et surtout les prêtres de toutes les religions seraient exterminés tout aussi radicalement que cela s’est produit sous le régime bolchevique en Union soviétique et partout sous le régime bolchevique.

La guerre d’aujourd’hui se poursuivrait sous une forme mille fois pire pendant des générations. Les Juifs, surtout, seraient en tête de liste des exploiteurs, des tortionnaires et des oppresseurs venus de l’Est, exerçant leur vengeance et leur haine, sourds à tous les cris de notre peuple.

Une Allemagne bolchevique ne serait plus l’Allemagne.

Ce ne seraient pas les communistes allemands ou les bolchevistes qui contrôleraient la situation, mais les Juifs et leurs laquais juifs du monde entier. La première chose qu’ils feraient serait d’éliminer et de détruire leurs agents dans le Reich, qu’ils soient des agents rémunérés, des idéologues confus ou des têtes folles et confuses.

La domination des bolchevistes juifs étrangers signifierait la fin de l’Allemagne et de tous les peuples d’Europe.

La victoire de l’Allemagne signifie : une paix à long terme pour toute l’Europe.

Une Allemagne victorieuse dans cette lutte décisive contre l’ennemi mondial a définitivement gagné sa place au soleil. Nos enfants et petits-enfants seront épargnés de la dure bataille que notre génération a menée. Ils vivront dans une Europe unie et pacifique et pourront déployer tous leurs efforts pour élever d’année en année le statut social et le niveau de vie de leurs familles, ainsi que de tout le peuple.

Voir également : Bolchévisme Russie : Livre blanc anglais 1919 Le juif international : Henry Ford 1920 La Clé du mystère A.A. 1938 (PDF)

Voir également : La révolte du matérialisme // Du communisme au mondialisme (Adrien Arcand, pdf)

Voir également : 22 juin 1941 : Pourquoi l’Allemagne a attaqué l’Union Soviétique

8 mai 1945 : défaite pour l’Europe, défaite pour le monde / Combien d’Allemandes violées par les Alliés à la ”libération” ?

Source : http://www.renegadetribune.com/what-does-bolshevization-mean-in-reality-the-battle-of-life-or-death/

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *