La forfaiture de l’auto-proclamation d’indépendance de l’État juif en Palestine sous mandat britannique a lieu le 14 mai 1948.

La création de l’entité sioniste n’a rien de miraculeux, encore moins de divin… Afin d’occuper les territoires palestiniens et de créer l’Entité sioniste, des bandes de sionistes armés (Lehi, Irgoun, Haganah et Palmah) pratiquèrent, de 1937 jusqu’en 1948, une longue série d’actes terroristes commis pour semer la panique au cœur des civils Palestiniens autochtones, afin qu’ils quittent leurs domiciles, leurs biens, leurs terres, enfin leur patrie.

Et le devoir de mémoire s’impose.

En voici la longue liste attristante et terrifiante, accumulant horreurs sur horreurs :

  • Massacre de Haïfa : il fut perpétré le 6 mars 1937, dans le marché de la ville. Un membre des bandes Alatsel et Lihi lança une bombe sur des Palestiniens pour en tuer 18 et en blesser 38 autres.
  • Massacre d’Al-Quds : il fut perpétré le 31 septembre 1937, dans le marché de légumes de la ville. Un membre de l’organisation terroriste sioniste d’Alatsel lança une bombe sur le marché avoisinant le portail de Naplouse. Des dizaines de Palestiniens y périrent et tant d’autres furent blessés.
  • Massacre de Haïfa : il fut perpétré le 15 juillet 1937, dans le marché de la ville. Les terroristes de la bande Alatsel firent exploser deux voitures piégées. 21 Palestiniens tombèrent en martyre ; 52 autres furent blessés.
  • Massacre d’Al-Quds : il fut perpétré le 15 juillet 1938. Un membre de l’organisation terroriste sioniste Alatsel lança une bombe sur des croyants palestiniens qui quittaient une mosquée de la ville. 10 personnes y laissèrent la vie et 3 autres furent blessées.
  • Massacre de Haïfa : il fut perpétré le 25 juillet 1938, dans un marché de la ville. Les terroristes de la bande Alatsel firent exploser une voiture piégée, dans le marché arabe de la ville. 25 Palestiniens tombèrent en martyre ; 70 autres furent blessés.
  • Massacre de Haïfa : il fut perpétré le 28 juillet 1938, dans un marché de la ville. Un terroriste de la bande Alatsel y lança une grenade pour tuer 47 Palestiniens.
  • Massacre d’Al-Quds : il fut perpétré le 26 août 1938, dans le marché arabe de la ville d’Al-Quds. La bande Alatsel fit sauter une voiture piégée pour tuer 34 Palestiniens et en blesser 35 autres.
  • Massacre de Haïfa : le 27 mars 1939, deux bombes furent explosées par la bande d’Alatsel pour assassiner 27 Palestiniens et en blesser 39 autres.
  • Massacre du village Al-Cheikh : 12 juin 1939, des membres de l’organisation terroriste Haganah attaquèrent ce village du sud-est de la ville de Haïfa. Ils enlevèrent cinq de ces habitants pour les tuer plus tard.
  • Massacre de Haïfa : le 19 juin 1939, dans un marché de la ville, un juif lança une grenade. 9 Palestiniens tombèrent en martyre ; 4 autres furent blessés.

Sources : Zacharias – Site La Question – Sources : M. Bar-Zohar, The Armed Prophet, biographie de Ben Gourion, Londres, 1967. I.Pappé, Le Nettoyage ethnique de la Palestine, Fayard, 2008

Liste des attentats de l’Irgoun

  • 20 avril 1936 : 2 travailleurs arabes d’une plantation de bananes sont tués.
  • Mars 1937 : 2 Arabes tués sur la plage de bat-Yam.
  • 14 novembre 1937 : 6 Arabes sont tués dans plusieurs fusillades à Jérusalem.
  • 12 avril 1938 : 2 Arabes et 2 policiers britanniques sont tués par une bombe posée dans un train à Haïfa.
  • 17 avril 1938 : Un Arabe est tué par une bombe qui explose dans un café à Haïfa.
  • 17 mai 1938 : Un policier arabe est tué dans un attentat contre un bus de la route Jérusalem-Hébron.
  • 24 mai 1938 : 3 Arabes sont tués par balle à Haïfa.
  • 23 juin 1938 : 2 Arabes sont tués près de Tel-Aviv.
  • 26 juin 1938 : 7 Arabes sont tués par une bombe à Jaffa.
  • 27 juin 1938 : Un Arabe est tué dans l’enceinte d’un hôpital à Haïfa.
  • 5 juillet 1938 : 7 Arabes sont tués dans plusieurs fusillades à Tel-Aviv.
  • Le même jour : 3 Arabes sont tués par une bombe déclenchée dans un bus à Jérusalem.
  • Le même jour : Un Arabe est tué dans un autre attentat à Jérusalem.
  • 6 juillet 1938 : 18 Arabes et 5 Juifs sont tués par deux bombes simultanées au marché arabe de Melon à Haïfa.
  • 8 juillet 1938 : 4 Arabes sont tués par une bombe à Jérusalem.
  • 16 juillet 1938 : 10 Arabes sont tués par une bombe dans un marché de Jérusalem.
  • 25 juillet 1938 : Entre 39 et 70 Arabes selon les sources sont tués par une bombe placée dans un marché à Haifa.
  • 26 août 1938 : 24 Arabes sont tués par une bombe dans un marché de Jaffa.
  • 27 février 1939 : 33 Arabes sont tués dans plusieurs attentats, dont 24 par une bombe dans le marché de Suk Quarter de Haïfa et 4 dans un marché de légumes arabe de Jérusalem.
  • 29 mai 1939 : 5 Arabes sont tués par l’explosion d’une mine dans le cinéma rex de Jérusalem.
  • Le même jour, 5 Arabes sont tués durant un raid sur le village de Biyar ‘Adas.
  • 2 juin 1939 : 5 Arabes sont tués par une bombe Porte Jaffa à Jérusalem.
  • 12 juin 1939 : Une bombe explose dans une poste de Jérusalem, tuant un artificier britannique lorsqu’il essaie de désamorcer la bombe.
  • 16 juin 1939 : 6 Arabes sont tués dans plusieurs attentats à Jérusalem.
  • 19 juin 1939 : 20 Arabes sont tués par de explosifs placés sur un âne au marché de Haïfa.
  • 29 juin 1939 : 13 Arabes sont tués dans plusieurs fusillades qui durent près d’une heure.
  • 30 juin 1939 : Un Arabe est tué sur un marché de Jérusalem.
  • Le même jour, 2 Arabes sont tués par balle à Lifta.
  • 3 juillet 1939 : Un Arabe est tué par une bombe placée dans un marché de Haïfa.
  • 4 juillet 1939 : 2 Arabes sont tués dans deux attentats à Jérusalem.
  • 20 juillet 1939 : Un Arabe est tué dans une attaque de train à Jaffa.
  • Le même jour, 6 Arabes sont tués dans plusieurs attentats à Tel-Aviv.
  • Le même jour, 3 Arabes sont tués à Réhovot.
  • 27 août 1939 : 2 officiers britanniques sont tués par une mine à Jérusalem.

Seules les opérations ayant entrainé des décès sont listées ici. L’Irgoun mena au moins 60 opérations distinctes durant cette période (Perliger et Weinberg, p. 101).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_attentats_de_l%27Irgoun_pendant_la_Grande_R%C3%A9volte_arabe

Attentat de l’hôtel King David à Jérusalem en 1946

L’Irgoun est notamment responsable de l’attentat de l’hôtel King David de Jérusalem le 22 juillet 1946, à midi. Cet hôtel abritait alors le secrétariat du gouvernement britannique de Palestine. Une attaque, initialement commanditée par la Haganah à l’Irgoun, fut planifiée par Menahem Begin, qui était à la tête de l’organisation (il deviendra premier ministre d’Israël à la fin des années 1970. Il conclura alors une paix avec l’Égypte et recevra également le prix Nobel de la paix)9,10. Ben Gourion demande l’annulation de l’attaque initialement prévue, lorsqu’il apprend la potentialité de victimes civiles, Begin refuse et poursuit le plan11. L’attaque est menée par Yosef Avni, qui participera au massacre de Deir Yassin, et Yisrael Levi. L’hôtel est miné avec six charges représentant 350 kg d’explosifs. Un message téléphonique avertit le consulat français et le journal Jerusalem Post 25 minutes avant l’explosion. Un autre message d’avertissement est donné à l’hôtel peu de temps avant l’explosion, ce que nieront longtemps les autorités britanniques. 91 personnes périrent, la plupart civiles, dont 28 Britanniques, 41 Arabes, 17 Juifs, et 5 d’autres nationalités. Il y eut aussi 45 blessés. L’Irgoun revendiqua immédiatement l’attentat. Mehahem Begin relate cet épisode dans un livre autobiographique paru en 1978

L’hôtel King David après l’explosion du 22 juillet 1946

Actions terroristes en 1947 et 1948

Au début des confrontations inter-communautaires, avant la proclamation de l’Etat juif le 14 mai 1948 par David Ben Gourion à Tel Aviv, des groupes armés juif organisent plusieurs attentats à la bombe.

Le 12 décembre 1947, l’Irgoun fait exploser une voiture piégée en face de la porte de Damas, provoquant la mort de 20 personnes13.

Le 4 janvier 1948, le Lehi fait exploser un camion devant l’hôtel de ville de Jaffa abritant le quartier général de la milice arabe al-Najjada, tuant 15 personnes et en blessant 80 dont 20 gravement14,15,16.

La nuit du 6 au 7 janvier, à Qatamon dans la banlieue de Jérusalem, la Haganah fait exploser l’hôtel Semiramis dont les services de renseignement avaient signalé qu’il abritait des miliciens arabes. 24 personnes sont tuées17.

Le 7 janvier, à Jérusalem, des membres de l’Irgoun lancent une bombe à un arrêt de bus, tuant 17 personnes18.

Le 18 février, une bombe de l’Irgoun explose dans le marché de Ramla, provoquant la mort de 7 personnes et en blessant 4519.

Le 28 février, le Palmach commet un attentat à la voiture piégée dans un garage de la Haïfa arabe faisant 30 morts et 70 blessés 20.

Le massacre de Deir Yassin du 9 avril 1948 commis par l’Irgoun et le Lehi fit entre 100 et 120 morts21 et est resté, jusqu’à nos jours, le plus célèbre de l’historiographie de l’époque bien que d’autres massacres de Juifs ou d’Arabes, parfois faisant plus de victimes, se soient déroulés pendant cette période. Pour de multiples raisons, l’impact de celui-ci fut néanmoins beaucoup plus important22.

Le 17 septembre 1948, à Jérusalem, un commando du Lehi ou groupe Stern assassine le colonel français Sérot, chef des observateurs militaires de l’O.N.U. qui accompagnait le comte Folke Bernadotte, médiateur des Nations unies pour la Palestine.En effet, le nouveau Plan qu’il présente est moins avantageux a la cause sioniste23.

A la suite de cet attentat meurtrier, le gouvernement israélien décida de dissoudre la structure du Lehi qui était restée active dans l’agglomération de Jérusalem et procéda à l’arrestation de certains cadres du Lehi qui étaient encore opérationnels dans ce secteur. L’intégration de l’Irgoun et du Lehi – hors Jérusalem – avait été faite dans la nouvelle armée israélienne, au vu de l’ordonnance n°6 du gouvernement israélien en date du 26 mai 1948 créant TSAHAL à partir des troupes de la Haganah, du Palmach, de l’Irgoun et du Lehi.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Terrorisme_sioniste_en_Palestine_mandataire

https://jeune-nation.com/kultur/histoire/14-mai-1948-auto-proclamation-dindependance-de-letat-juif-apres-une-longue-campagne-de-terrorisme

1 commentaire

  1. Jean-Philippe Labbé dit :

    Génial cet article avec la liste des attentats juifs bien listés c’est précieux quand vient le temps de confondre les sceptiques, ce que j’ai fait avec un plaisir non dissimulé 😁 !!

    Les publications du PNC, un arsenal intellectuel de qualité militaire 😁👍 !!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *